Elle était en blanc…

Posted on 21 janvier 2011

0


Science-fiction ?

(Si après ça je n’arrête pas… En tout cas, en ouvrant les yeux, cela semblait une évidence, quitte à (re)gonfler jusqu’au point que j’avais atteint. De toute façon, depuis que j’ai eu trente ans, je veux en finir avec ça. Et depuis longtemps aussi, elle est là. Frappant autour, pénétrant mon esprit.)

Salle d’attente. Une sorte de. Après des péripéties évaporées, mélangeant disparus, collages du passé et présent recomposé dans un lieu insolite. J’attends donc. Une voix m’évoquant Pierre Richard – va comprendre – me sort de ma torpeur. Une cape, une capuche. Une fine silhouette assise. Je scrute. Et m’arrête. Un masque blanc. Pas Eyes Wide Shut comme évocation. Plutôt un soldat de l’Empire. Celui de Star Wars. La mâchoire un peu moins prononcée. La voix sort d’un respirateur. Dark Vador. On dirait celle de Dark Vador. Elle raconte son histoire.

On m’appelle. La silhouette dont je sais maintenant le passé (addition qui ressemble à la mienne) me retient encore un peu. « Regarde », dit-elle. Elle retire la capuche. Puis défait le masque blanc. Maigreur terrifiante de ce qui reste d’humain, de ce corps en fin de sursis. Je m’y attendais, la connais. Trop bien. J’attendais aussi cette lisse pâleur du visage. Mais là : rien. Je veux dire qu’il y a un trou à la place. Juste quelques structures entre métal et os mais plus de chair. Rien. La voix synthétique, entre deux lentes respirations, me donne alors le nom de « l’assassin ». Je le connaissais.

Je pars ou plutôt la fuis. Je l’ai vue en face. Elle était en blanc…

Publicités
Tagué: ,
Posted in: humeur, Uncategorized