Grèves : montée en puissance de la violence policière et de la répression sarkozyste

Posted on 15 octobre 2010

1


La journée de jeudi a été émaillée de multiples « incidents » alors que le mouvement de protestation sur les retraites faisait tâche d’huile du côté  de lycéens qui subissent quotidiennement les effets de la politique de la droite. Mais derrière le discours prudent des médias, qui relatent avant tout des « dérapages » dans les manifestations, on voit poindre la nature répressive du régime sarkozyste. Réprimer, faire peur (pour tenter d’arrêter la montée en puissance du mouvement), rejeter l’opprobre sur les opposants à sa politique, qualifiés en boucle d’irresponsable, discréditer : les intérêts sont trop nombreux du côté du pouvoir UMP pour qu’on se contente de voir des violences isolées de policiers trop nerveux. Certes les réflexes sont dans la nature de certaines de ces troupes mais un discours ancien les légitime, est encore aujourd’hui venu les couvrir et on ne peut exclure qu’il ne soient pas encouragés à employer la manière forte.

Une vidéo que s’est procurée Rue89 montre de jeunes manifestants à Montreuil dont l’un est touché à la tête sans que l’on sache si le jeune homme est celui qui a subi de graves blessures et risque de perdre un oeil dans la même ville:

Ces faits ont entraîné un peu plus tard un vif échange au Sénat entre la maire de Montreuil, Dominique Voynet, et le ministre fossoyeur des retraites. On y voit donc le sinistre Woerth, mouillé dans l’affaire Bettencourt, soupçonné de collusion, de corruption et de conflits d’intérêts, ayant casé sa femme au service de la milliardaire (pour l’aider à trouver des parades fiscales alors que lui-même était à la fois ministre du Budget et trésorier du parti régimaire), ayant oeuvré dans l’ombre dans une sordide affaire de décorations sur laquelle il fut pris en flag’ de mensonge, se lancer dans une réponse pleine de morgue alors qu’un peu de dignité lui aurait commandé de quitter les lieux… et sa fonction depuis bien longtemps.

Une autre vidéo de Rue89 met encore en évidences les provocations policières et montre un CRS frappant au visage une jeune femme alors que d’autres laissent entrevoir des comportements pour le moins douteux:

De nombreux autres faits du même type ont été relatés (avec des interventions de la police vues, photographiées, filmées) comme, par exemple, le cas d’une jeune fille de 15 ans, blessée par la police à Besançon.  Aux incidents impliquant des journalistes que j’ai déjà évoqués, un témoignage est venus se rajouter concernant la journée de mardi. Avec au pouvoir une telle bande, il va falloir plus que jamais garder à l’oeil (et sous le regard des cameras et portables ;-)) les forces de police (y compris en civil, voire tentant des provocations)…

{Edit : ce vendredi matin le préfet de police de Paris a suspendu l’utilisation du flashball dans les manifs alors que le jeune blessé à Montreuil devait être opéré. La mesure n’est pas valable partout puisque cette arme a été utilisée par la police dans la matinée à Lyon }

Publicités
Posted in: Politique, Société