Retraites : manifester pour qu’ils cessent de croire qu’ils peuvent nous faire marcher

Posted on 11 octobre 2010

2


Est-il encore besoin de développer ? Dans la voiture en rentrant du boulot tout à l’heure,  je  faisais le tour des éléments justifiant la féroce colère des Français contre le projet sur les retraites. Et sur bien d’autres choses. Mais finalement, est-il utile de les développer ? Non, « ne nous laissons pas voler deux ans de notre vie », comme le lançait Gérard Filoche un peu plus tôt dans la journée ! C’est une certitude. Même La Pravda Le Figaro s’en est aperçu devant les chiffres énonçant que « 71% des Français soutiennent la grève reconductible« .

Car cette fois, elle est reconductible. Et malgré la politique antisociale menée depuis des années par les occupants du pouvoir au service du Medef, on va vers des blocages majeurs dans un pays au bord de la crise de nerfs contre des dirigeants désavoués, corrompus, inféodés, menteurs et magouilleurs. Mais rien n’est encore gagné. Les intérêts protégés au nom desquels on s’apprêtent à livrer l’existence de millions de personnes tenteront d’aller jusqu’au bout. Et déjà le pouvoir a laissé comprendre,  faisant mine de lancer des alertes, qu’il ne reculera devant aucun moyen, aucune manipulation, aucune violence pour faire passer son torchon de projet. Il faut donc le saisir à la gorge et ne plus lui laisser aucune issue pour se dégager.

C’est un vrai « casse toi pov’ con » collectif qui s’apprête à être lancé à Sarkozy et à sa bande, aux profiteurs du Fouquet’s et donatrices d’enveloppes en échange d’avantages de caste. Alors donc, je ne vais pas revenir sur les derniers mois de révélations du ministre des basses oeuvres Woerth, ni sur les turpitudes, errements, trahisons (hautes) de leurs fonctions qui frappent jusqu’au plus haut niveau du pouvoir. Nous les connaissons tous et les raisons de la colère sont là chaque jour dans un système à l’agonie qui prétend continuer à s’empiffrer sur notre dos et prend en otage nos existences.

Après tant d’autres avanies du national sarkozysme, le combat sur les retraites est le point central sur lequel il sera possible de commencer à enfoncer les lignes ennemies pour renverser la vapeur et repartir dans le bon sens, souffletant d’importance le dogme libéral qui pèse depuis des décennies pour faire reculer droits et libertés. Alors nous allons aller dire, avec de plus en plus de force, que nous ne reculerons pas sur le terrain social, que nous ne céderons pas sur ce qui fut acquis dans des circonstances portant bien moins à l’optimisme que le tableau que l’on nous dépeint pour nous effrayer (alors qu’il s’agit en réalité de protéger les plus nantis aux dépens de tous) et que, au contraire, nous entendons reprendre la marche en avant du progrès social et débuter une nouvelle ère. Si le système politique en place, les pouvoirs et ceux qui les occupent, les intérêts financiers et patronaux qui se cachent derrière… continuent de se mettre au travers, alors il faudra les balayer, sans pitié et de toutes les manières possibles.

Quelques tweets sur le sujet lancés aujourd’hui sur mon compte @Donjipez :

Enorme qd même de devoir se battre pour garder retraite à 60 ans alors qu’on devrait en être à la reculer à 55 ou diminuer durée travail

C’est la réussite de l’escroquerie libérale: ns faire passer un discours comme si productivité n’avait pas flambé et dividendes explosé

Sans parler que cela a été payé par dégradations multiples des conditions de travail. Toute réflexion logique devrait pourtant conduire…

… à passer à une nouvelle ère dans fonctionnement de l’entreprise, rapport à la production/productivité et répartition de la richesse créée

Il faut donc gagner ce combat des #retraites comme une étape avant de repenser profondément ts les schémas imposés par libéralisme mortifère

A Lyon la manif de mardi partira de la Manufacture des Tabacs vers 10h30

(Merci à Une Autre Vie de m’avoir taggé sur le sujet ;-))

Advertisements