Hortefeux et le pouvoir nous refont le coup de l’ennemi intérieur

Posted on 27 juillet 2010

0


L’heure est grave et le marasme est complet. Corruption et collusion (Woerth et Sarko éclaboussés par les prébendes de l’affaire Bettencourt), échecs politiques, économiques, sociaux…, le Sarkoland s’enfonce. Et il ne reste pas grand chose aux occupants du pouvoir pour espérer sauver les meubles. Alors ils nous ressortent la carte sécuritaire et le bon vieux discours de l’ennemi intérieur. (Même s’il est vrai que la politique menée ne peut qu’appeler à des formes radicales de réponses).

C’est donc le sinistre blondin couperosé, condamné en première instance (il a fait appel et s’est accroché à son maroquin en toute indignité) pour propos racistes, Brice Hortefeux qui s’y colle depuis quelques temps. Le ministre de l’Intérieur, qui prétend museler les oppositions en déposant plainte contre deux sites (Le Jura Libertaire et Grenoble Indymedia), auxquels il reproche d’avoir critiqué les exactions de SA police, et veut même que l’on arrête d’utiliser les poulets dans la pub (qui a dit: les cons ça ose tout ?), s’était donc invité au 20 Heures de TF1 ce mardi. L’héritier du poste de Fouché (Wikipédia est mon ami), a respecté sa feuille de route pitoyable.

Donc, après les arabes, les musulmans, les racailles (arabes et noirs si possibles, voire d’origine musulmane), les anarcho-autonomes (voir ou revoir cette note interne de la Chancellerie qui inventait une terrible menace : pdf : dacg054(2)),  ce sont donc les Roms qui seraient sur le point d’égorger les fils et les compagnes des braves téléspectateurs. (Avec bien sûr les banlieusards grenoblois). La construction d’un nouveau danger et d’un nouvel ennemi, une méthode démontée il y a déjà quelques temps par Mathieu Rigouste pour www.mediapart.fr, auteur de «L’ennemi intérieur, généalogie coloniale et militaire de l’ordre sécuritaire dans la France contemporaine » (Editions La Découverte).

Vodpod videos no longer available.
Publicités