Think positive: votons débrouille pour les transports en commun

Posted on 8 mai 2010

0


Tu ne parles que de ce qui ne va pas m’a fait remarquer cette semaine une lectrice du blog après mes billets sur le coup de poignard dans le dos que le pouvoir de droite nous prépare sur la question des retraites. OK, pensons donc un peu positif de temps en temps. Après tout, dans une faillite globale les petites solutions locales et les voies alternatives sont plus porteuses que la pensée unique de ceux qui prétendent parler et diriger à notre place.

Et justement cette semaine je suis tombé sur un reportage de France 2 faisant suite à un article du Parisien. Bon, sur le site de celui-ci, il fallait franchir le barrage d’un titre qui semblait nous annoncer un scandale  de plus : « Ils s’organisent pour frauder dans les transports ». Le fond s’avérait bien plus intéressant. En région parisienne, des fraudeurs voyageant sans ticket s’organisent pour créer des mutuelles afin de partager les frais en cas d’amende. Malin. Très malin même. Et un principe que je ne connaissais pas, une bonne idée finalement toute bête comme souvent les bonnes idées. D’autant que le contrôle a un coût important pour les sociétés assurant le service public des transports en commun.

J’avais moi-même fait le calcul tout simple, à une époque où je prenais le bus deux fois par jour pour aller et revenir du taf’, que logiquement sur une année il me reviendrait à peu de choses près moins cher de ne jamais payer et de m’acquitter des amendes. Evidemment cela ne tenait pas compte de la loi de l’emmerdement maximum qui ne garantit pas d’échapper à une mauvaise série avec des contrôles renforcés durant une période sur telle ou telle ligne.

« Répartir le risque entre les différents adhérents, c’est le principe de n’importe quelle mutuelle. Ce système qui prévaut pour les assurances ou la santé, des fraudeurs aux transports en commun l’appliquent pour ne plus payer leurs amendes plein pot. Le principe est simple : chaque membre verse une cotisation mensuelle, qui varie généralement de 5 € à 7 €, et les amendes de chacun sont prises en charge collectivement », explique ainsi le Parisien. « Groupes d’amis, habitants d’un même quartier, étudiants d’une université : il existe aujourd’hui une dizaine de mutuelles de ce type à Paris. Des structures généralement modestes et qui entendent le rester », explique encore le journal au travers d’un témoignage.

Au-delà de la simple débrouille, il s’agit aussi pour les « sociétaires » de ces mutuelles de revendiquer la gratuité des transports urbains. Une idée loin d’être si irréaliste que ça car le prix du billet ne couvre qu’un pourcentage plus ou moins important (jusqu’à 30% dans les grandes villes, beaucoup moins dans des agglos de moindre importance) du coût réel. Il s’agirait alors de socialiser totalement ces frais… pour en retirer d’autres avantages. C’est ce qu’explique cet économiste invité en plateau sur France 2 :

vidéo via FullHdReady

Pour l’anecdote et sans aller jusqu’à cette gratuité totale, j’ai connu une période où la ville de Saint-Etienne, entre 1977 et 1983 (ok, c’est loin mais je n’étais que collégien :p), dirigée alors par la gauche, avait décidé comme d’autres de la gratuité des transports pour les chômeurs (et étudiants?). La mesure avait été supprimée dès le retour de la droite. No comment 😦

Ce système D face aux conditions sociales (mais pas seulement donc) existe et est bien mieux implanté encore dans des pays nordiques comme la Suède m’a-t-on indiqué sur Twitter (mes plates excuses mais j’ai gardé le lien sans le nom de celui qui me l’a donné #fail) avec une véritable organisation permettant d’alerter lorsqu’il y a des contrôles sur une ligne par exemple et touchant à différents domaines comme l’explique ce site (là j’ai fait confiance parce que lire le suédois… :D).

Je me demande (et toute info serait bienvenue en commentaire, si elle ne risque pas de nuire bien sûr) s’il existe d’autres mutuelles de ce genre dans d’autres villes que Paris et notamment dans les grandes agglomérations françaises ?

Publicités