Leur politique nous mérite-t-elle ?

Posted on 22 janvier 2010

2


Sec. L’écran blanc. Ou presque. Comme un vrai ras-le-bol du flux de l’actu et de l’indigantion aussi répétitive qu’inutile. Et puis le rappel, pas inutile lui, IRL, que la connerie est la chose la mieux partagée du monde et que quoiqu’il en soit la bassesse et l’intoxication des esprits la rendent pour un long moment encore largement majoritaire. Quelque soit le camp.

Les pouvoirs (politique, économique, sociaux, idéologique…), eux, continuent de s’agiter entre esbrouffe et régression, magouilles et arrangements (des exemples ici chez Ruminances). Et les questions restent plus que jamais ouvertes. Doit-on les marquer à la culotte et les tacler à la gorge dès que possible? Trouver ne serait-ce qu’un micro espace de sérénité dans une dimension « parallèle » pour leur échapper ? Choisir résolument la voie, que ce soit par l’entrisme parasitaire ou la marge, peu importe au fond, qui conduira à les frapper et à ripos ter au feu ? Tout cela ensemble ou autre chose encore ?

Et l’opposition ? L’officielle, celle adoubée par les forces de la pensée unique et des bénéfices sélectifs veux-je dire. On la croyait en mort cérébrale et la voilà qui bouge encore. Et quel mouvement !Le genre qui justifierait que les militants PS fasse un autodafé de leurs cartes voire en colle une sévère dans les dent de leurs dirigeants. Mais à toujours laisser faire ceux qui les manipulent, vivent à leurs dépens et les trahissent, on peut finir par penser que finalement ils aiment ça.

J’ai ainsi failli choir de ma chaise puis saisir mon clavier le plus rageur en entendant Aubry (la fille de) se prononcer pour un départ en retraite à 61 ou 62 ans « sous certaines conditions ». Ca va pas la tête ? On croit rêver. Ce serait pour ça qu’on nous demande de nous déplacer aux urnes afin d’assurer le gîte et le couvert aux petits seigneur provinciaux puis de proposer une alternance ? La gauche est donc à droite, c’est officiel et elle s’engage dans la collaboration active en faisant sienne une totale hérésie même à un regard ancré dans la logique dominante d’une vision historique de l’économie. Quand j’entends des stupidités comme « les gens vivent plus vieux, il faut donc qu’ils triment plus longtemps », je sors mon cran d’arrêt.

Tu l’auras compris lecteur (on va se tutoyer hein :)), tout cela et bien d’autres choses sont simplement inacceptables. De la droite comme du P anciennement S. Alors en gardant un oeil sur eux, en frappant quand il le faut et comme cela est possible au moment opportun, il est plus que temps de chercher. Ailleurs et autrement.

En sachant se donner le temps de prendre le sien pour bâtir ses solutions. Et en n’oubliant pas que la « bombe humaine » c’est nous et que la dissidence est aussi une affaire intérieure

Advertisements
Posted in: humeur, Politique