Vigilante is back : quand Mélenchon relève que Sarkozy veut créer des milices de quartiers

Posted on 1 décembre 2009

1


Les plus jeunes d’entre nous – oui, d’accord : d’entre vous – n’ont pas forcément connu cette période des « vigilante flicks ». Un genre cinématographique aussi jouissif que déviant et régressif. Du cinoche bourrin quoi. Il s’agissait donc de films autour de l’auto défense ou plutôt de l’auto-justice (Wikipédia est ton ami). Le thème est d’ailleurs présent au travers de personnages, comme certains  héros de comics ou de films très variés. Mais la quintessence en reste « Un Justicier dans la ville » (1974) et ses suites de la sérier Death Wish.

Là bien sûr je vois déjà venir à moi le spécialiste de cinéma et le lecteur de Télérama (non, Les Inrocks tu dis ?) : « pas bien », va-t-il me dire, citant Godard et son travelling relevant de la morale. Il va aussi me parler d’images flattant les bas instinct et de racolage commercial. Et comme je n’en démordrai pas (rien que pour emmerder déjà), on va pouvoir se lancer dans un long débat. Surtout que je vais lui sortir mon imparable : mais euhhhh y’a Charles Bronson qui les pète tous et ça bouge dans tous les sens.

Parce que pour tout dire le pitch de ces films (et des déclinaisons avec d’autres héros) est un peu celui-là : tu vois le Charles Bronson c’est pas un gars commode, on a tué sa femme, violé sa fille, pété sa boite aux lettre, fait du bruit sous ses fenêtres la nuit, alors quand on tord les essuie-glaces de sa caisse,  il se fâche. Et ça fait vilain. Tiens, comme dans cette scène culte du Justicier de New York (1983):

Vodpod videos no longer available.

Bon ça c’est fait. Seulement on était au cinéma. Les patrouilles dites « chemises jaunes » mises en place par Berlusconi en Italie c’est de la réalité. Et ça file comme un haut-le-coeur historique.

Pas à tout le monde faut-il croire. Sur son blog Jean-Luc Mélenchon relève un élément passé à la trappe derrière le verbiage permanent du tout-petit-président (le lire en détails ici). Sarkozy s’est lancé sur la même piste nauséabonde que le lifté transalpin lors de son discours (et spectacle spécial 20 Heures de TF1) de la semaine dernière sur la sécurité  en banlieue. « Une annonce qu’il a faite, énorme, est passée totalement inaperçue », note le président du Parti de Gauche.

Et de citer les propos de l’occupant de l’Elysée : « Des réservistes expérimentés seront recrutés comme délégués à la cohésion police-population. Ils s’appuieront sur des « volontaires citoyens de la police nationale », c’est à dire des habitants dont je veux engager le recrutement pour qu’ils s’impliquent dans la sécurité de leur propre quartier. »

Ca s’appelle aussi des milices d’auto défense (puis des chemises noires par la suite ?). Mélenchon s’en indigne : « les milices locales sont la fin du maintien de l’ordre républicain. » Dans un pays où les dérapages policiers sont déjà trop nombreux,  on peut s’étonner avec lui que l’affaire ne fasse pas plus de bruit alors qu’elle mérite d’être reprise, diffusée… et combattue.

[Edit 2/12 : suite à un article du site Slate.fr des très sarko-zozos  Jean-Marie Colombani et Alain Minc, il semblerait que la phrase en question soit issue d’une ressucée figurant en fait dans un discours de quinze pages du nabotléon prononcé le 8 février 2008 lors de la présentation du plan «Espoirs banlieue» piloté par la désormais soumise au petit mètre à talonnettes Fadela Amara.]

Advertisements
Posted in: humeur, Politique