Le no future d’un monde finissant dessine son évidence

Posted on 29 novembre 2009

1


La semaine de Michel Mompontet : « Et l’avenir dans tout ça ». Quelques minutes de videos qui dynamitent l’escroquerie généralisée que l’on tente de nous imposer. A force de désespoir il y a comme un espoir : celui d’une grande lessive, d’une secousse qui nous remettrait la tête à l’endroit et les pieds par terre puisqu’à l’évidence on marche sur la tête. La « machine » est à bout de souffle et ses leurres usés tromperont-ils encore longtemps l’attention face aux ras le bol qui s’accumulent? Millions de chômeurs par ci, précarité par là, abus en tous genres (à un point que même certains patrons de droite trouvent que c’est trop : clic clic clic) , scandales d’Etat, instrumentalisation de la peur, surveillance généralisée, destruction psychologique (avec heureusement des recours qui s’élargissent) de ceux qui ont « la chance » de bosser : « un monde immonde s’effondre, surplombe l’abîme ».

La litanie des maux s’égrène pêle-mêle pour former les ruisseaux qui enfanteront le torrent des colères, plus redoutable que l’ire du fleuve sur lequel voguent les sombres héros de l’amer qui,  lassés de leur destin promis de galériens,  pourraient décider d’une saine mutinerie pour éviter le naufrage imminent… D’autant qu’ils perçoivent que l’agitation dans les coulisses dorées du pouvoir confisqué est prête à céder si nécessaire pour tolérer un changement qui, surtout, ne changerait rien. A cette fin l’oligarchie, prête a lâcher si besoin son mini nabotléon, envoie ses ballons d’essais sous la forme de l’affameur libidineux du FMI et de son percheron patronal et nordiste. Comme s’ils portaient autre chose qu’un « pousse toi que je m’y mettes » et tenaient en main un semblant de papier portant acte de décès de la « matrix » en train de se consummer.

La colère est sourde mais puissante. Maintenue sous l’éteignoir, elle ne fait que bouillir dans la cocotte des tromperies ordinaires. Mais cette soi disant torpeur n’est que vapeur sous pression et conjuguer les possibles au futur se fait toujours dans l’improvisation de l’imparfait du subjectif. Avec pas plus d’autre avenir crédible qu’un servage post-moderne, les peuples sont toujours capables de s’en inventer un du jour au lendemain. Le temps de mordre les mains est déjà là; malgré les opiums en tous genres distillés par les camarillas celles-ci ne devraient pas oublier que viennent aussi parfois les matins où l’on fait rouler au panier la tête des rois.

Vodpod videos no longer available.
Vidéo via FullHdReady

Publicités