Arnaque de Tarnac : la parole est aux avocats de Coupat

Posted on 5 novembre 2009

0


Discrètement avec le temps, l’affaire des anarchotonomesdultragoches a fait long feu. Le coup de MAM et des sarko-sbires pour inventer un ennemi intérieur obsédé de la caténaire ferroviaire s’est brûlé au principe du crédible. De la descente télévisée dans le village de Tarnac aux remises en liberté des interpellés, malgré l’acharnement obsessionnel d’un parquet portant bien son nom de paillasson du pouvoir politique, le soufflé s’est effondré.

Pour tenter d’échapper au ridicule et justifier les détentions provisoires, on n’a pas vu le non-lieu général qui pendait au nez des apprentis faiseurs de terrorisme imaginaire. Quelques mises en examen ont été décidées et on jugera donc Julien Coupat et quelques uns des autres contestataires de Tarnac mais, si les juges peuvent sauver un peu d’indépendance, on voit difficilement comment tout cela ne se terminerait pas par une relaxe.

La manip’ de l’Etat de droite se fait de plus en plus évidente – loin des feux médiatiques qui avaient embrayé sur le spectacle qui leur était généreusement proposé -, et le dossier révèle son vide sidéral d’éléments probants. C’est cette enquête tronquée qu’évoque ainsi ici l’un des avocats de Julien Coupat tournant en ridicule l’un de ses éléments particuliers.

Lire aussi utilement ici sur Les mots ont un sens.

Advertisements
Posted in: Politique, Société