Le racket des banques sur les plus démunis

Posted on 28 octobre 2009

0


Argent trop cher. Et ponctions illégales. Les banques ont su rendre la manche obligatoire en faisant financer leurs largesses et erreurs par de l’argent public. Les bonus et dividendes sont de retour pour goussets de traders et ventres replets d’actionnaires. Mais il n’y a pas de petit profit. La crise systémique multiplie les licenciés, les travailleurs pauvres et le manque de pouvoir d’achat. Le système bancaire n’hésite pas là, lui, à faire les poches de ses clients en proie aux difficultés de la vie, oubliant un peu vite que c’est eux qui ont été les premiers à payer sa crise et qu’on les a obligé à sauver son répugnant cadavre moribond de capitalisme financier révolu. Bref, comme les politiques du « tous pourris », elles tentent de mordre la main qui les a nourries.

Si le rapport à l’argent, à l’endettement, à ses besoins réels et non pas suggérés est à repenser, la premières des choses nécessaire pour remettre un tout petit peu la machine à l’endroit est de rappeler à ces banquiers qu’ils vivent de notre argent – qu’ils ne rémunèrent pas, d’autant moins quand on est serré financièrement -, et qu’il appartient à la collectivité de les faire rentrer, de gré ou de force, dans le droit chemin de pratiques civilisées.

 

Advertisements
Posted in: Politique, Société