A Rennes, une armée de flics pour… zéro manifestant

Posted on 23 octobre 2009

0


Je dois dire que j’étais plus que dubitatif sur l’efficacité et le sens de ce qui avait pu se passer à Poitiers où des Black Blocs (enfin, des individus désignés comme tels par les médias et la police) avaient mis un peu de pagaille en ville. En-dehors des bienfaits de l’exercice pour la jeunesse, et de son bien compréhensible besoin d’action pour exprimer une colère partagée au-delà des rangs de ces groupes,  je me demandais un peu qu’elle pouvait être le sens politique et l’utilité de ces faits joyeusement montés en épingle pour justifier la répression et un flicage accru de l’Etat de droite.

Celui-ci au passage, ayant besoin de têtes et avec une justice aux ordres et sous la pression du blagueur raciste Hortefeux, fit condamner quelques quidams, plus ou moins lanceurs de piles, pour faire un exemple dans une méthode qui n’a rien à envier à celles du glorieux passé des droites. Au passage : un blog de soutien aux étudiants victimes de cette répression au jugé, Samuel Bastard et Jean-Salvy Compte, a été ouvert (va, lis et reviens/agis).  Il y a aussi une pétition en ligne de « soutien aux innocents emprisonnés » (elle est ici) et plusieurs prises de positions comme celle de la la CNT ici sur Rebellyon et , où on évoque aussi le cas d’un internaute poursuivi après le G20 de Pittsburgh, pour avoir twitté la positions des forces de sécurité et de protection des valets du libéralisme.

La répression sans mesure qui a suivi l’après-midi poitevine m’a cependant fait relativiser mon approche sur le caractère contre-productif de l’exercice physique que se sont offerts ces quelques jeunes gens. Pour réprimer ainsi, se chercher un ennemi intérieur et aussi avoir suscité de tels comportements, ce pouvoir doit être aux abois et ceux dont il assure le confort et la richesse doivent trembler. Et du coup, il va jusqu’au ridicule. Face à des bruits d’une manif de cette ultra gauche qu’ils fantasment en partie et pour l’interdire ou/et la réprimer, l’Etat umpiste a sorti les grands moyens à Rennes et une escouade de flics – qui ne sont que des exploités eux aussi, utilisés contre une maigre pitance -, qui se sont retrouvés le bec dans l’eau :

Un beau fail non ? A combien d’euros, par contre, la mesure sécuritaire inutile ?

A revoir, le reportage relatif à la condamnation et l’incarcération « au pif » des étudiants à Poitiers:


Poitiers : soutien aux etudiants incarcérés
envoyé par politistution. –


Publicités
Posted in: humeur, Politique