Hadopi: la saison 1 était ratée, il y aura quand même une saison 2

Posted on 15 septembre 2009

2


Et oui. On n’ose y croire mais ça recommence aujourd’hui. Avec une fois de plus la tentation de faire oublier la nullité du fond en regroupant tous les épisodes en un minimum de temps. Ils veulent même aller au pas de télécharge.

Bon c’est vrai que la saison 1 d’Hadopi fut un sacré moment de portnawak. Un scénar écrit à la truelle, des comédiens pitoyables, un petit rebondissement avec le coup des députés d’opposition cachés derrière le rideau pendant que les umpistes picolaient ou se planquaient pour espérer éviter un peu de ridicule, un yes-man qui tente d’imposer le final cut voulu par les producteurs auxquels il est vendu et le dénouement attendu : le conseil constitutionnel qui dit niet.

Pour la saison 2, on peut s’attendre à pire. Vu leurs succès et leur abattage, on devrait retrouver les gentils – que la prod pensait faire passer pour les méchants au départ -, les Bloche, Brard… Par contre, la distribution a été un peu modifiée pour le clan des has-been. Exit Albanulle dite Anéfé dont la coup de cheveux à faire un procès à son coiffeur n’aura rien fait pour la sauver. Adieu aussi Fredo « la hyène » Lefebvre qui se retrouve sans mandat, condamné à postillonner dans les télés qui continuent, bizarrement, de l’inviter.

Mais la tentative de se récupérer par des producteurs peu scrupuleux et le nain boiteux à qui ils ont délégué leurs basses oeuvres sent déjà le moisi avant le début du premier épisode. Le rôle de l’hadopiste en chef a été confié à Fredo « La Mitte » un fin de race qui, entre deux séjours en Tunisie où il se fournit en viande fraîche à peu de frais (lire ses oeuvres), nous a déjà démontré qu’il ne connaîssait même pas son texte et ânonne des références qu’il étale comme d’autres leur confiture au petit dèj’ (menu best-of sur Rue89).

Cette fois encore la trame est bien nauséeuse mais va tenter de passionner le moins de monde possible pour mieux passer. On risque toutefois de s’acheminer vers la même conclusion que lors de la saison 1, ce qui en terme de comique de répétition peut éventuellement marcher mais n’aura rien d’un bon cliffhanger. Non, le plus amusant risque d’être les séries concurrentes qui sont déjà en état de riposter. On pourrait donc aller vers un outing forcé des figurants hadopistes et de leurs sbires qui vont devoir apprendre que dans le mot représentant… il y a représentant et qu’ils doivent des comptes en attendant de n’avoir plus aucune raison d’exister. Bref, les lampistes seront surveillés (a lire ici chez Owni.fr et à suivre sur NosDéputés.fr), à l’instar de cette vieille carne ex-socialiste et hadopiste de Lang dit « bouffeatouslesrateliers.

Comme les sociétés qui ont commandité le texte veulent que leur feuilleton soit le seul disponible et qu’ils ont les moyens, ils ont d’ores et déjà donné dans le spin-off. Leur filiale, l’UMP, a donc sorti quelques personnages à bout de souflle, intermittents du cerveau, suite aux affaires Hortefeux et de la visite du nain élyséen entouré de figurants à sa taille. Les misérables récitants, au mépris de la réalité des faits (lire ici), et dont le parti muselle  par tous les moyens des médias (comme en envisageant de contrôler totalement l’AFP) qui sont déjà de bons toutous prêts à répercuter la « vérité officielle » (on peut s’en rendre compte là), tremblants de peur pour leur confort et leurs positions, nous ont donc chanté l’air de « tout ça c’est rien que la faute au méchant internet » (même l’Express l’écrit). Ca peut toujours marcher sur des esprits faibles, ont-ils dû se dire; et d’espérer ramener quelques clampins dans le droit chemin de leur programme sans qu’ils n’en voient le plus que subliminale contenu liberticide.

Dans cette camarilla de retardataires, d’incompétents et d’ennemis de libertés qui pourraient les priver de leurs avantages indus, on peut bien sûr penser à Copé, cette deuxième lame du storytelling à la tête et aux manières qui affichent la franchise d’un âne qui recule. Mais le plus hideux de ces bestiaux est quand même le script doctor Guaino (gai ? no – lacanien comme nom ça), abonné des dérapages africano fascistoïdes, qui nous fait un coup de rhétorique à deux balles face à un interviewer plutôt complaisant.

Pour tenter de faire croire que leur sauce est comestible et de nous convaincre de ne pas être trop regardant devant les épisodes que l’on va tenter de nous passer en accéléré, les commanditaires se sont même découvert en apparaissant dans un pilote. Premier en piste, le servile Olivennes, parrain du projet depuis le début, à peine remis des douleurs lombaires que n’a pas dû manquer de lui occasionner sa manie des courbettes (dans le Nouvel Obs toutes les semaines : ne l’achetez plus tant qu’il est là), a fait son petit speech aux relents de l’égout qu’est sa pensée lors d’une rencontre entre gens bien lors des universités du Medef (tiens, je serais du côté des patrons, avoir un mec comme ça dans mon camp ça me donnerait envie de trahir 😉 ).

Et comme par hasard, c’est sur le site du précédent que l’on trouve cette chose gluante de Christophe Lameignère, président de Sony Music France et président du SNEP (Syndicat national de l’édition phonographique), qui nous marque un joli point Godwin (à lire sur PCInpact et sur LePost.fr)

Vodpod videos no longer available.

Gerbant non ? Mais en réalité, ils se font un peu dessus. Ils sentent bien que la saison 2 ne prendra pas. Bien sûr, ils devraient réussir à la faire adopter et tenter de faire croire à un succès par leurs médias  du canal historique. Cele n’empêchera pas son échec et une contre-offensive.

Ils ont d’ailleurs ouvert le feu les premiers par une attaque en déni de service contre un groupe de leurs opposants, ceux de la ligue ODEBI (un peu de lecture détaillée où l’on voit poindre l’ombre d’officine oeuvrant pour une main gouvernementale ici et ), et l’Elysée – pas malin en plus – s’intéresse de près aux activités de ceux qui échappent à la stupidité de sa pensée rance comme LinuxManua (explications inside). Finalement au Château, la manie des écoutes se transmet de locataire en locataire 🙂

Comme d’une façon ou d’une autre, texte adopté ou une nouvelle fois retoqué par un juge constitutionnel qu’ils tentent de contourner, ils vont droit dans le mur, il va suffire de leur compliquer la tâche, de les harceler (gens de la génération Hadopi, écrivons aux députés félons via La Quadrature), de bloguer, twitter, facebooker… Dans un premier temps. Et de préparer l’après; quand ce pouvoir, comme ses prédécesseurs bonapartiste, boulangiste et pétainiste (pour paraphraser le social-centristre Vincent Peillon), aura été renvoyé dans les bas-fonds dont il n’aurait dû sortir.

generation_hadopi

Comme ce billet est un peu court 😉 pour tout dire des enjeux actuels, voici quelques liens pour aller plus loin :

– On piétine réellement nos libertés sur Kassandre.org

– L’UMP a peur du web sur Sarkofrance

– De citoyen à internaute sur ReadWriteWeb

– Face à Hadopi, La riposte graduée selon ODEBI par Fabrice Epelboin

– Le hacking citoyen ici et

– Bloguer dans un violon… 1 an après sur Cyroul.com

– De grands noms britanniques s’opposent à la riposte graduée sur Numerama

– Droit d’auteur et internet : la répression graduée est en marche sur ReadWriteWeb

– Le SARD c’est si don comme alternative au droit d’auteur sur Poptronics

– Entretien avec Richard Stallman sur Framablog

– Hadopi : interview d’un responsable du parti pirate sur Numerama

– VPN – Egalité – Fraternité sur LinuxManua

– Rock et pirates à Saint-Malo : le gratuit ça peut payer sur Ecrans.fr

– Concilier et réconcilier le droit d’auteur avec les libertés numériques par S.I.Lex

Reste plus qu’à se moquer de l’affligeant spectacle promis… L’Hadopi fail show c’est à quelle heure ?

Publicités