Karachi : du sang sur les mains au plus haut niveau de l’Etat

Posted on 25 juin 2009

0


La semaine dernière Sarkozy avait tenté de botter en touche. Pourra-t-il continuer longtemps à refuser de s’expliquer sur une affaire politico-financière ayant trait à la campagne de Balladur, en 1995, dont il était le ministre du Budget et le principal lieutenant ? Rien n’est moins sûr. L’actuel président est en première ligne désormais dans un dossier où les plus hauts dirigeants du pays pourraient bien avoir du sang sur les mains.

Charles Millon, ministre de la Défense de Chirac, a confirmé à Paris-Match avoir mis fin au versement de commissions vers le Pakistan à la demande de l’ex-président français quand celui-ci a remporté la présidentielle. Il s’agissait alors d’empêcher le retour vers les soutiens balladuriens de rétro-commissions destinées à les financer, un montage mis en place par la faction de droite précédemment au pouvoir. Difficile, a minima, d’imaginer que Sarko, qui était au coeur des réseaux balladuriens, a pu ne pas être informé de la mise en place de tels détournements. De là à penser qu’il y a participé…

Au final 15 personnes dont 11 Français ont laissé la vie dans ce qui se dessine comme un véritable karachigate. Et les familles des victimes, ouvriers et ingénieurs de la DCN, réclament une vérité à laquelle le pouvoir aura du mal à échapper… Du moins si la presse et la justice font leur boulot. Souhaitons-le.

D’autant que certaines langues pourraient se délier encore plus à l’exemple de celle de Millon. Tricard depuis son alliance avec le FN pour tenter de garder la présidence de la région Rhône-Alpes, il se rappelle là au bon souvenir de son ex-camp. Il a sans nul doute des dossiers plus fournis et compte bien les mettre dans la balance pour tenter un ultime retour. Si on lui refuse, les utilisera-t-il ? Est-il le seul ancien notable du chiraquisme à disposer d’éléments qui ne demandent qu’à apparaître alors que « l’héritier » semble s’arroger un droit d’inventaire élargi sur fond de règlements de comptes loin d’être soldés ? Certainement, non… Les pistes à creuser devraient se multiplier.

Publicités
Posted in: Politique