Julien Coupat toujours otage de la justice sarkozyste

Posted on 13 mai 2009

2


Comme en 40 dit l’expression consacrée. Et justement la justice du sarkoland ne peut qu’évoquer certaines méthodes.  Pour la quatrième fois la demande de remise en liberté de Julien Coupat, incarcéré depuis six mois dans l’enquête sur des sabotages de lignes TGV à l’automne 2008, a été rejetée. Un acharnement qui en dit long sur la sale ambiance qui s’impose dans le pays – allant jusqu’à ce que le bruit court durant un moment hier que le nain élyséen aurait fomenté un coup d’Etat (nul besoin, le sien est permanent) -, sous la férule des sarko-sbires et de sa sinistre incapable de l’Intérieur MAM. D’ailleurs la mouvance autonome est un quelque part sa création afin d’exister un peu dans le monde du renseignement et des officines policières, trouble à souhait et que le mari de la chanteuse a mis sous tutelle de sa garde rapprochée. Lire l’excellente analyse de Rue89 sur la politisation du renseignement (et les dangers qui en découlent en cas de menace réelle).

L’arbitraire et/ou la violence policière se déchaînent de plus en plus comme le montrent des témoignages venus de Chambéry et de Bordeaux, par exemple. Avec chaque fois en toile de fond la théorie de l’ennemi intérieur et la volonté de museler toute opposition en la rattachant à un prétendu phénomène de dérives en gestation d’une mouvance anarcho-autonomes d’ultra-gauche.

Il finit donc par apparaître utile de connaître ses droits et comment réagir face à la police et à la justice. C’est ce que propose ce guide juridique qui fait le tour de la question et peut s’avérer un bréviaire utile à tout manifestant, protestataire, opposant ou simplement citoyen mécontent. A consulter en cliquant ici ou .

Pour avoir participé au comité demandant la libération de Coupat, une femme, Tessa, a ainsi été embarquée et placée en garde à vue à Paris avec toujours la même démarche de faire entrer la réalité dans la bouteille stupide fournie par le pouvoir sarkozien. Témoignage  via le site Mediapart (actuellement poursuivi pour avoir fait des révélations car l’info libre – et pourtant Plenel n’est pas irréprochable – est dans le collimateur du pouvoir)  :

Mais, malgré ces pressions et cette volonté d’effrayer, la mobilisation monte et une manif avait encore lieu hier à Limoges pour la libération de Coupat ( via politistution, blog La rage au ventre):

Publicités
Posted in: humeur, Politique