L’Etat sarkozyste garde Coupat en otage

Posted on 30 avril 2009

0


Ca continue. Incarcéré depuis le 15 novembre, Julien Coupat ne devrait pas encore sortir de sitôt. Rarement, ou en tout cas depuis longtemps, on n’avait pas vu de tels procédés avec une justice aux abonnés absents et un pouvoir politique dérivant vers les pires régimes sortis d’un pronunciamento. Embastillé dans l’enquête sur des dégradations contre des lignes SNCF, il « voit encore un espoir de libération s’envoler. Selon les informations du journal Le Monde, sa demande de remise en liberté a de nouveau été rejetée, mercredi 29 avril », écrit Le Monde.

Face à ce qui est un véritable retour des lettres de cachet, son avocate, Irène Terrel a lancé un appel pour que tous ceux qui sont attachés à l’état de droit exigent la libération du résident de Tarnac.

Comme l’écrit Arnaud Viviant dans Rue 89 « L’insurrection qui vient » et « Français encore un effort pour être républicains »  ont « ceci en commun, d’inacceptable, qu’ils encouragent à la liberté, à commencer par celle de penser, de parler et de, insistons maintenant lourdement, publier (…) Devant la détention provisoire de Julien Coupat qui dure, nous ne pouvons que comprendre que nous ne sommes plus face à un Pouvoir qui fantasme son ennemi, mais face à un Pouvoir qui a décidé de l’inventer de toute pièce, pour se rassurer, et lui donner un visage, une visibilité ».

Et comme lui, nous tenderons à penser que devant le système du sarkoland, dont nous voyons dans cette affaire le vrai visage, très vite il faudra écrire que « sans qu’on s’en aperçoive, sinon trop tard – franchement, c’est ballot -, l’insurrection est venue ».

Publicités