Et Lefebvre qui nous fait de Joffrin un martyr…

Posted on 19 avril 2009

1


Là je dis non. La comédie a assez duré. Va falloir virer ses pantins aux pantalonnades récurrentes. Retour sur les épidodes précédents. Libé évoque cette semaine une conversation durant lquelle le nain élyséen se serait lâché devant des parlementaires sur ses homologues : tous des peintres sauf lui et l’implanté capillaire italien. Tollé dans la presse internationale. Démenti, contre-démenti… Puis Ségolène Royal envoie ses excuses et « celles de la France et des Français » au premier ministre et un peu socialiste espagnol Zapatero. Reboum.

Et là l’UMP nous donne notre Frédéric Lefebvre qui s’il n’est pas quotidien atteint pourtant déjà l’overdose. Le porte-parole du parti régimaire se fend d’un communiqué qui accuse Libé de « ressembler de plus en plus à un tract et d’abîmer l’image de notre pays ». Et d’ajouter : «Ce quotidien, après avoir perdu ses lecteurs, perd sa crédibilité». Diantre. Faut dire que ce type de propos est un peu la marque de fabrique de ce butor pour lequel j’hésite dans la comparaison.

Doit-on penser à lui comme à feu Jean son homonyme comique boulevardier qui eut quelques rôles mémorables ? Ce serait tentant non ?

Ou bien au fascisant Marcel, monseigneur sans pince ni rire, passé tout autant de vie à trépas, vénéré par la droite ultra-cathol et arriérée ? Là je vous épargne les images.

Surtout que je n’en ai pas fini. Parce qu’à dire des conneries le Fredo, ça fait boule de neige. Et que le directeur barbichu et libéralo-sarko compatible depuis longtemps de Libé, Laurent Joffrin l’a mal pris. Le factotum de Rotschild s’est à son tour fendu d’une réaction : «M. Lefebvre, qui occupe un poste de roquet à l’UMP, a du mal à accepter l’existence d’une presse indépendante en France »

On aurait pu en rester là. Mais non. Le voilà qui ajoute : «Il se contente d’aboyer un démenti de commande et d’insulter le principal journal d’opposition en France ainsi que ses 800.000 lecteurs.»

Et nous voilà avec king of the bobos, barbichu qui se pose en héros de la résistance au sarkoland. Il lit pas son journal ou quoi ? Bientôt on va se retrouver avec saint Joffrin héros et martyr. Vous imaginez vous le discours : « Entre ici Laurent Joffrin et ton cortège d’ombres… ». Merde alors 🙂

Sinon, c’est de pire en pire en Sarkofrance.

Publicités
Posted in: humeur, Médias, Politique