N’ayez pas peur, on N’EST PAS de la police…

Posted on 12 avril 2009

1


Ce trait titrier est de coluche. Il date des dérapages de la fin des 70’s époque des lois « sécurité et libertés » et autres joyeusetés.

Trente ans plus tard, la répression n’est pas qu’une impression. Les pouvoirs en place, vacillants sur leur incapacité et leur illégitimité, n’hésitent pas à lâcher la troupe; et les dérapages et exactions policières se succèdent à une vitesse impressionnante aux service des privilègiés.

Attention, certaines images peuvent heurter etc.

Commençon par le G20 à Londres. Des décisions dont il ne reste rien mais la mort d’un homme, Ian Tomlinson, qui a été mollesté (au minimum) par la police comme l’a révélé cette semaine le site du Guardian.

La thèse de la crise cardiaque à l’heure des agapes pour les garants du capitalisme mondial est plus que malmenée.

A Strasbourg lors du 60e anniversaire de l’Otan, pas de mort heureusement. Mais un grand n’importe quoi qui aurait coûté son poste au ministre de l’Intérieur dans tout autre pays qu’un régime bananier en pleine dérive. De la répression là où il n’y en a pas besoin, des manifestants poussés à bout, pas de cops, ou avec un retard suspect, là où sévissaient les black blocks, des quartiers sacrifiés, un soupçon de monter en épingle les violences voire de les provoquer par le biais d’infiltrations policières, des comportements scandaleux de CRS et gendarmes mobiles, des atteintes aux libertés notamment de manifester… Tout ça pour que nabotléon puisse se faire humilier peinard par Obama.

Un bon doc du collectif CollectifCailloux titré Otan en emporte le vent

Et puis bien sûr les images de feeld (http://feeld.over-blog.com/) qui montrent des flics caillassant les manifestants :

On hallucine un peu non ? Genre je rêve ou quoi ? Mais voici une 2e vidéo via amneris54 retranscrivant les événements dans la durée :

Les deux vidéos ont connu quelques péripéties, noterais-je au passage.

Malgré les graves blessures subies par un collégien, en Corse: le mensonge. Les autorités, dont la douteuse ministre, ont nié l’existence de tirs tendus de grenades lacrymogènes, pratique prohibée pour sa dangerosité, notion que les CRS ont depuis toujours du mal à intégrer (je connais perso une victime de telles pratiques lors d’une manif agricole). Manque de bol pour le pouvoir sarkozyste, des images filmées à Bastia le 30 mars, jour du drame, par pazzurgu viennent prouver le contraire.

Fort de tant de réussites le mini président se hisse sur ses ergots pour appeler à des sanctions exemplaires. Et MAM envisage l’interdiction du port de la cagoule lors des manifs (tant mieux ça gratte, une capuche c’est mieux). Une sortie que je ne peux m’empêcher de relever en faisant remarquer que, pseudos héritiers d’un gaullisme trahi, c’est elle et ses complices qui sont dans le camp des descendant des cagoulards.

Ces exactions s’inscrivent dans une politique de répression étendue et systématique avec une violence policière de plus en plus présente et la volonté de monter en épingle tout incident souvent sciemment provoqué. Des interventions de CRS lors des manifs du 19 mars viennent le confirmer : infiltration, volonté de souricière et de tensions pour justifier une politique du bâton et tenter de faire croire à un ennemi intérieur :

Et tant pis si on fait des blessés ? Il y a vraiment matière à s’inquiéter. Comme lorsqu’on entend et voit ce témoignage d’une victime bordelaise tabassée il y a quelques semaines lors d’une manif contre l’expulsion d’un squat:

Vous pouvez apporter votre soutien à cette jeune femme chanteuse du groupe OPA sur son Myspace.

Alors ? Policiers hors-la-loi comme le montre un rapport d’Amnesty International très sévère avec la France ? J’ajouterai qu’ils agissent sur ordre de manière indéniable et se sentent couverts. Il est évident qu’Alliot-Marie, avant son maitre, doit répondre des atteintes constatées aux libertés. Et qu’elle semble guère légitime pour se maintenir à son poste.

[Edit : J’ai failli oublier de citer sur le sujet l’excellent bulletin « Que fait la police » de l’Observatoire des libertés publiques qui recense chaque mois les dérives des pandores]

[Edit : « …étouffant les mots de beaucoup de marcheurs pour fournir aux JT de belles images d’incendies allumés par peu de «casseurs», parmi lesquels pas mal d’agents provocateurs » écrit excellemment Pierre Marcelle dans sa chronique cette semaine. Il ajoute : « c’est à un terrorisme que toute opposition est désormais assimilée : le pacifiste anti-Otan, le cheminot qui «prend en otages» les usagers, la Cimade et RESF, le syndicaliste qui manifeste ou le salarié qui «séquestre» son patron brigand ». Tout est dit :), ]

Publicités