Se refaire la cerise

Posted on 2 décembre 2008

0


Ca m’a fait comme un coup de moins bien qu’y disent les cyclistes. Les jambes en coton. L’impression d’être un gregario qui tourne à l’eau claire et au massage à l’ancienne et qui ne peut plus suivre le train. A pieds quoi. Mais non, « c’est justement ce qu’ils cherchent merde » me hurlait par la portière mon directeur sportif mental: « accroche toi vieux ».

Parce que franchement : à quoi y tournent, qu’est ce qu’ils prennent pour nous les aligner à une telle vitesse ? Je veux le nom des produits moi. Doivent avoir leur docteur Mabuse dans les sous-sols, comme l’empoisonneur perso de Catherine de Médicis, qui leur prépare des médications spéciales. Même John Wayne avec deux colts et une Winchester ne saurait plus dans quelle direction flinguer.

Ils, c’est les sarko-sbires qui avancent pour leur petit despote. Parce que, je sais pas vous, mais moi j’en suis à me demander si l’imparfaite République et son système de capitalisme-parlementaire n’est pas soluble dans le sarkozysme.

On ne peut même plus faire le tour des entorses quotidiennes d’un pouvoir en pleine dérive.

L’affaire d’un journaliste embarqué dès potron-minet et qui subit le sort humiliant que des centaines (milliers ?) d’autres connaissent sans cesse au mépris des règles de droit et avec le zèle d’un Etat en pleine dérive autoritaire aura au moins eu le mérite de faire un peu de bruit. Le corporatisme jouant à plein, quelques voix se sont élevées. Celle de Bruno Dives dans Sud-Ouest (pas un repère de gauchistes que je saches) a rappelé « à tout hasard que les dictatures, molles ou dures, politiques ou économiques, commencent presque toujours par la mise au pas de la presse. » En voila un qui va se retrouver sur écoute et vite…

D’autant que MAM, la ministre de l’Intérieur par intérim (Sarko et Hortefeux se gardent une petite main sur la volaille), assume la procédure. Pourtant ce n’était pas comme il y a quelques années, sous le regard des caméras embarquées à la demande de son prédécesseur et aujourd’hui caporal-chef, la porte d’une famille de noirs qui a été enfoncée. Une erreur mais pas tant que ça car, vu la couleur, une mère de jeunes enfants blacks ne pouvait que cacher des délinquants, présents ou futurs. C’est ce qu’elle doit confier à Ollier son compagnon aux sorties racistes le long de la jetée de Saint-Jean-de-Luz.

Mais combien d’autres combines se trament plus discrètement ? Ces gendarmes qui descendent dans une école du Gers, la main sur la crosse et le chien en avant pour passer au peigne fin une classe de… collégiens de 12-13 ans. Il y a des endroits où un préfet, que dis-je, un ministre aurait dû se trouver un nouveau job pour moins que ça.

Et la ministre Albanel qui fait fabriquer un rapport n’interrogeant que ceux qui vont dans le sens de sa loi de contrôle de l’internet. Sans parler de propositions ubuesques de députés largement nourris par la main des lobbies de la télé privée qui veulent renvoyer la gamelle et rivalisent d’inventivité… pour pomper les demandes rédigées par les chaines des amis du nabot. Ils veulent même taxer les plateformes de vidéos privées sur le net pour alimenter la caisse qu’ils ont creusée.

Que dire de ce Lefebvre – le type qui donne envie de criminaliser les permanentes et le balayage à l’arrière ou au moins de faire un procès à son coiffeur – qui veut un contrôle du ouèbe par le CSA ? Et nous file des envies de retour à des Comités de salut public rien que pour le délit de gueule de faux-cul.

Tiens on y revient. La Garde des sceaux qui se prend une pétition de magistrats (ces révolutionnaires en robe bordée d’hermine) dans les dents puis un mot doux du Conseil supérieur de la magistrature (lieu où pullulent les révolutionnaires marxistes-lénistes et anarchistes de tous poils) pour en faire vraiment trop. Et qui ne lâche rien. La voilà qui commande un rapport pour envoyer les mômes en cabane dès 12 ans, ou pas loin. Ca sert à rien mais la peur ça calme le clampin moyen. Riche idée, elle va pour cela demander un rapport à André Varinard, un des initiateurs de la scission des universités lyonnaises et de la création de Lyon III qui, même s’il n’y fut pas directement mêlé, adouba quelques thèses et enseignants négationnistes.

Pendant qu’on est sur la Justice, celle-ci semble bien s’être laissé embourber et/ou manipuler (sauf à être complice) dans l’affaire de l’arnaque de Tarnac. Et avec un dossier aussi vide que : « ils lisaient des livres, avaient un ordinateur et vivaient à la campagne »; on a voulu remuer les vieux démons de l’ennemi intérieur. Le pays menacé par un soi-disant terrorisme et la répression préventive, en temps de crise avec un gouvernement à la ramasse, même sans preuve, ça peut toujours servir.

Comité de soutien et pétition ici

Et puis il y a la crise, le chômage partiel, les chiffres tronqués annoncés par le sous-ministre Wauquiez, le logement, les SDF dans les bois comme les gueux du Moyen-Age et qu’on nous montre complaisemment comme pour faire peur à tous ceux qui voudraient sortir du rang…

Et là, on en reviendrait aux gros mots, limite diffamation sur les hyènes économiques et politiques qui continuent de manipuler entre eux les leviers de je te donne quelques milliards par ci, je te renvoie l’ascenseur par là…

Ouais. Finalement, on se refait la cerise et on se dit qu’on va leur la jouer façon keirin, mais à la sauvage…

[Sur l’échec du nain élyséen face à la crise lire la chronique de Sarkofrance]

Publicités
Posted in: Politique, Société