Guaino, promo ou placard ?

Posted on 28 novembre 2008

4


En catimini. Quelques lignes au journal officiel :

guaino-blogOn a connu des façons de faire plus tonitruantes en sarkoland. Le conseiller spécial du nain élyséen, Henri Guaino se retrouve « chef de la mission interministérielle de l’Union pour la Méditerranée ». C’est quoi ce job ?

En tout cas cela annonce le départ d’un des principaux conseillers présidentiels. Certes, pour un projet auquel il était attaché. Eurosceptique, Guaino oeuvra envers et parfois contre les réticences de l’UE, pour la création de l’Union pour la Méditérranée.

Le machin lancé en grande pompes le 13 juillet (si, souvenez vous la vidéo de Dati pompette ou chauffant Laporte) et qui nous valut la présence de quelques grands démocrates comme le Syrien Bachar el-Assad ou l’Egyptien Hosni Moubarak au défilé du 14 juillet fait, pour l’instant, l’effet d’une coquille vide dont Sarko-le-petit a le secret. En l’espèce d’ailleurs, Guaino ne semble pas appelé à avoir de fonctions dans la future organisation. Le précédent Attali à le BERD aura peut être servi de leçon.

guainoPour revenir à l’atypique conseiller de naboléon, la nomination ressembe moins à une promotion qu’à une voie de garage. Pseudo gaulliste social il fut  proche de Philippe Séguin. Il contribua à la campagne victorieuse de Chirac en 1995 sur la « fracture sociale ». On le retrouve en 2007 avec une influence lors de discours faisant référence à Jaurès ou Blum. Plume présidentielle, il faisait partie de ceux que l’ont dit influents. Depuis, certaines de ses prises de parole avaient cependant semé le trouble au sein de la majorité et autour du chef de l’Etat.

Il s’était surtout signalé par la rédaction du discours dit de Dakar où un Sarko des grands jours répéta une prose raciste et aux relents maurassiens rédigée par son conseiller. Polémique et défense encore récente de sa position par l’homme de l’ombre qui aime la lumière.

On peut voir la patte d’un Claude Guéant, fondé de pouvoir de la sarkozie et éminence aussi grise qu’influente dans les arcanes d’un système dont les relents nauséeux sont de plus en plus présents, et des orthodoxes issus d’une classe qui n’aime pas être bousculée dans ses privilèges et fonctions, derrière une mise à l’écart. D’autant que les élections européennes se profilent et qu’entre traité de Lisbonne sous forme de détournement de souveraineté nationale et autres échecs, le pouvoir doit sentir poindre la possibilité d’une sévère déculottée. Sarko et ses sbires ont peut être eu peur d’être desservis par les réticences affichées de Guaino sur l’Europe ?

Si on nous parle de promotion dans les heures ou jours qui viennent, cela ne pourra que confirmer que c’est bien une voie de garage qui lui a été trouvée par un pouvoir qui aboit mais risque d’être vite aux abois.

Publicités
Posted in: Politique