« Mon voisin est juif, je répète, mon voisin… »

Posted on 21 novembre 2008

0


ministere-delation

Provocateur le titre ? J’espère bien. D’ailleurs, pour éviter que ce soit mal compris, noir, arabe, marginal, beatnik, punk, manifestant, anarchautonomedultragôche (affaire qui se dégonfle et génère de nombreux soutiens à des accusés dans un dossier  quasi vide), fumeur de joints, lève-tard, liseur de livres, enseignant… auraient aussi pu faire un titre.

Mais le souvenir honteux des lettres qui inondèrent nos belles préfectures entre 40 et 44, signées pour l’une par « un bon patriote », pour d’autres par « un Français qui aime son pays » , ne doit pas être oublié sous prétexte que d’autres choisirent une voie plus honorable et reste assez parlant sur les méthodes pétaino-vichystes qui reviennent en douce appliquées aux outils modernes.

J’avais déjà évoqué ici et là la démarche gouvernementale qui, sous le prétexte bien présentable de lutter contre les dérives de la cybercriminalité, consistait à ouvrir un site de dénonciation comme le relevait le site ZDnet. Porte ouverte à pas mal de dérives.

Certains avaient pris le parti de la dérision comme les créateurs du logo en tête de ce billet et proposaient de dénoncer ses voisins sur leur page http://www.delation-gouv.fr/

Une bonne manière de tourner en ridicule l’initiative et éventuellement de submerger les services de documents à la con si besoin, au moment où l’on tente de nous la faire à l’envers en renommant un fichier Edvige en Edvirsp, histoire que le nom cache mieux un contenu quasi identique.

Mais une étape de plus semble avoir été franchie. Des observateurs attentifs ont ainsi pu relever le véritable appel à la délation que constitue une page de la préfecture de l’Isère (et sans doute de quelques autres départements dirigés par d’ambitieux fonctionnaires appartenant à un corps, qui, rappelons le, ne fit que minoritairement le choix d’un Jean Moulin et s’accomoda en général fort bien du régime de Vichy et de l’Occupation).

Allez donc faire un tour du côté du portail de la préfecture iséroise dont voici le visuel :

pref-isere

Ca fait peur non ?

Une première riposte passe, comme l’a montré la vidéo du passage à tabac policier sur Rue 89,  par l’utilisation des mêmes méthodes audios et vidéos pour la surveillance des différents pouvoirs avec la diffusion immédiate de tous leurs manquements…

Publicités