Précaire, chômeur, pauvre : menteurs et voleurs en puissance

Posted on 31 octobre 2008

0


Petit à petit le Sarkozysme se dessine. Pour ceux qui ne l’avaient vu d’entrée. Une forme de populisme beauf et de poujado-lepénisme version rolex qui aurait troqué la nation contre les copains-patrons et aussi girouette politique que les circonstances l’exigent pour se mettre au services des quelques coquins qui payent l’addition au Fouquet’s et en vacances.

La dernière ? Les Caisses d’Allocations Familiales (CAF) vont être formés aux méthodes de police. Objectif : traquer la fraude, le « mensonge » et même la « subversion ».

C’est vrai quoi ! Marre de tous ces pauvres qui vivent sur le dos des riches. Bon on nous le dira pas comme ça. On va jouer sur la corde : « Vous vous rendez compte ma bonne dame, y travaillent pas et touchent autant que vous en vous levant le matin. En plus z’avez vu leur modèle de voiture. Tout ça grâce aux allocs et aux trafics ».

Le Contrejournal nous rappelle que c’est naboléon lui-même qui avait lancé l’opération anti-fraude des pauvres en 2007. Il nous livre aussi les détails croustillants d’une méthode policière moderne.

Le bon vieux coup de l’annuaire sur les cervicales et du tuyau dans les reins ça se perd. Et les enquêteurs disposent de méthodes beaucoup plus évoluées. Et efficaces en général (surtout du côté de la gendarmerie dit-on) même si, parlez en avec quelques éléments chevronnés des brigades d’enquête et de recherche, la recomposition d’une histoire et la mise en place narrative des conditions ayant conduit à un forfait peut s’avérer… erronée pour peu qu’on se soit ancré dans l’erreur dès le départ.

Mais revenons aux CAF. Gino Necchi, magistrat et maire adjoint UMP de Maisons-Laffitte oeuvre à la mise en place de LA méthode. Ca s’appelle L’IGACCE (Intervention globale en Analyse de Contenu et Conduite d’Entretien), marque déposée à l’Inri par Florent Grégoir et Bernard Florent, qui comptent donc se faire quelque bénéfice sur nos cotises au passage.

C’est en fait la reprise d’un outil mis au point par l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie. Et, tenez vous bien : «L’intelligence sémantique stratégique» permettrait de débusquer «bien plus que le mensonge», «l’intentionnalité»des fraudeurs aux allocs. D’ailleurs cet agaçante IGACCE annonce dans sa plaquette s’inscrire « dans un cadre plus large que celui du mensonge (dans les déclarations aux allocs) : un cadre d’essence subversive ».

Faut être prudent, à force les gens risqueraient de devenir intelligents et à regarder « Les Bougon » à la télé, ils pourraient se la jouer « Affreux, sales et méchants » et se dire que truander le système c’est juste reprendre un peu de ce qu’on leur a volé…

Du coup, effroi du côté des personnels de la CAF mais aussi de la CRAM… qui n’ont pas très envie de se voir transformés en auxiliaires de police alors même que leurs missions ont été réorientées vers le soupçon et la répression. Un résumé ici donc.

Et une analyse détaillée sur le site du RTO, collectif solidaire d’allocataires qui vaut le détour.

C’est chez eux qu’on trouve les deux PDF que voici et qui présentent cette méthode destinée à débusquer le coupable qui s’ignore derrière chaque demandeur de prestation :

flicage-gene3

flicage-technique1

Publicités
Posted in: Politique, Société