Vichy, l’Histoire repasse les eaux…

Posted on 30 octobre 2008

1


Fallait y penser. Ou pas, ce qui serait presque pire. Et viendrait nous rappeler que l’enseignement de l’Histoire à l’école est plus utile que jamais. Au passage signalons au ministre Darcos, qui suggérait il y a peu (pour d’éventuels jeunes lecteurs : l’expression il y a peu signifie: « je me souviens plus quand exactement », alors que récemment ou dernièrement peut vouloir dire « il y a pas mal de temps et j’ai laissé l’info faisander dans un tiroir ») que les parlementaires puissent intervenir sur le contenu des programmes d’Histoire enseignés, que seuls 57 députés et 23 sénateurs (+ 20 abstentions) sur 649 votants s’opposèrent à l’attribution des pleins pouvoirs au maréchal Pétain. L’élu est une corporation de confiance donc.

Mais d’un coup vous me voyez mieux venir non ?  On va parler de Vichy. Non que j’ai une dent particulière contre cette ennuyeuse bourgade (d’accord : petite ville avec ses quelque 80000 habitants). D’ailleurs l’Auvergnat – qui est en réalité ici est un Bourbonnais pris dans un rattachement adminitratif – en tant que tel, et pour le peu que j’en fréquente (fait pas exagérer non plus), est assez fidèle à la réputation que lui a faite Georges Brassens et s’avère d’une grande convivialité, certes parfois un peu rugueuse matînée de plaquages un peu haut et d’entrées en mêlée vigoureuses. D’un autre côté, venir d’un coin de terre où l’on a développé, pour d’obscures raisons et contre toute logique, un goût pour une ballon déformé n’est pas forcément si mauvais signe…

Mais recentrons nous sur nos sources. Brice Hortefeux, ministre de l’Immigration et de l’Identité nationale, qui n’est autre que l’autre visage d’un Le Pen revenu à sa famille d’origine, la droite traditionnelle (d’avant-guerre mais qui perdura sous les IVe et Ve Républiques à l’intérieur de partis qui tentaient de présenter un visage édulcoré), a invité ses petits copains. Ceux de l’Europe des 27, ministres de l’Intérieur et de la Justice d’une Union favorable au libre échange marchand et à la main d’oeuvre bon marché mais qui veut caresser ses habitants dans le sens de la xénophobie en remplissant quelques charters d’enfants et femmes enceintes (toute façon y bossent pas pour les potes patrons ceux-là). Le pire c’est que je grossi ici le trait certes, mais pas tant que ça.

Au menu, carottes sans doute mais surtout bâton : expulsions, charters, centres de rétention… Entre les thermes et le très bel hôtel du Parc on va donc parler quotas, coopération dans la répression et 200 personnes (députés, sénateurs, représentants du comité économique et social européen, représentants des régions…) seront de la fête pour tenter de prouver qu’Europe se conjugue avec réalité comme lorsqu’il faut sauver la banque et la finance. Sans parler d’un énorme dispositif policier destiné à écarter du champs des caméras et des stylos officiels toute vélléité de contestation.

Ah oui ! Donc, c’est là que l’Etat français version Sarkozy nous montre son cynisme ou son inculture, ce charmant raout aura lieu dans l’Allier, à Vichy les 3 et 4 novembre. Vichy connue pour ses cures thermales mais aussi pour un régime…comment dire… aux lois un peu radicales vis-à-vis de certaines catégories de la population et des étrangers. Un régime fasciste quoi.

Souvenons nous:

Ah ces petites promenades maréchalistes le long de la galerie du Parc en 1943… Quelle douce France. Mais je m’égare par mégarde.

C’est tellement gros que ça ne ne pouvait pas passer. Plusieurs organisations ont réagi (synthèse ici). Et un contre-sommet est organisé avant l’ouverture de la réunion, le 2 donc, et se poursuivra le 3. Il aura lieu sur place et des modalités de déplacements ont été mises en oeuvre. Le site Dissent.fr s’étant tapé le boulot de recenser les infos pratiques, suivez la flèche et hop >

Face à un Etat sur les dents, les témoignages et preuves d’hacktivistes vidéos, photos et autres, susceptibles notamment de témoigner via le web de dérapages des forces de police ou d’entraves aux libertés de circuler et de manifester, seront les bienvenus. Ici comme ailleurs.

En attendant une ptite chanson pour soirées karaoké et parce que mieux vaut en rire… pendant qu’on peut encore :

Sa modestie bien connue en souffrira mais que sois remercié ici celui qui a mis la main sur les documents photos et vidéos ci-dessus.
Publicités
Posted in: Politique, Société