Bloguez, vous serez (peut être) filmés…

Posted on 29 octobre 2008

0


Paranoïa du pouvoir. Depuis Shakespeare (voire avant pour ceux qui se plongèrent dans le théâtre Antique), on sait le lien entre l’exercice de certaines fonctions et des formes de psychoses parfois paroxytiques. J’en aurai fini avec mon paragraphe « je fais le malin » en rappelant le mot de Kissinger (qui en tenait une belle dose de névrose) : « même les paranos ont des ennemis ».

En ce moment, au sommet de l’Etat français, on semble ainsi vouloir conjuguer internet avec parano, peur, accusations infondées, intérêts des copains… à tous les temps et sur tous les modes.

Le 10 octobre, le Journal officiel de la République publiait ainsi une annonce:

« Objet du marché : veille des informations diffusées dans les médias sur internet [Et uniquement sur internet] concernant l’action du Gouvernement.

Caractéristiques principales :
marché à procédure adaptée pour 12 mois éventuellement reconductible 2 fois pour des périodes identiques. Réalisation d’une veille quantitative et qualitative sur le traitement de l’actualité gouvernementale effectué par les médias en ligne (presse et blogs des journalistes) sur 15 thèmes définis dans un corpus de 50 sites. En fonction des besoins, ajout de thèmes supplémentaires et/ou ajout de présentations orales
Quantités (fournitures et services), nature et étendue (travaux) : cette veille sur le traitement de l’actualité gouvernementale effectué par les médias en ligne donne lieu à la remise d’un rapport hebdomadaire.

Estimation de la valeur (H.T.) : entre 20 000 et 130 000 EUR.

Nombre de reconductions éventuelles : 2. »

On peut en retrouver l’intégralité sur le site du JO.

Par esprit mal tourné on constatera que le gouvernement navigue à vue dans le domaine et ne sait pas trop estimer le montant de ce qu’il recherche (entre 20000 et 130000 euros, il y a une belle différence) ou que, à ce prix là, les dénonciations en préfecture à la sauce Vichy vont se multiplier. Bon ça doit juste couvrir les frais de bouffe d’un Saussez d’un autre côté…

Mais surtout on pouvait être intrigué de la volonté de surveiller « seulement » une cinquantaine de médias en ligne et des blogs de « journalistes ». Donc pas les autres. On pouvait aussi, en passant, se demander ce que foutent les services dont c’est le boulot (ex-RG…). Il est vrai que s’ils en sont encore au carnet et à la gomme…

La réponse est venu de quelques blogs. Hier, Narvic sur Növovision a décodé  « qu’il s’agit bien d’un projet de surveillance des journalistes blogueurs, et de rien d’autre. » Une analyse dont il faut lire les développements pour mieux comprendre la démarche d’un Etat qui s’engouffre dans des barbouzeries (qui ne datent pas d’hier) de bas étage matînées d’une volonté de « verrouillage » technologique. Et de systèmes de chantage sur toute éventuelle parole libre.

D’autant que de telles méthodes s’avéraient confortées par Alain Joannes sur journalistes.fr et qu’on y trouvait dans les commentaires des « révélations » plus que croustillantes sur les faiblesses humaines et surtout sur la conception de la « démocratie » que peuvent avoir les élites du système parlementaro-capitaliste censées la défendre. Corrupteurs et corrompus se côtoient joyeusement au-delà même d’un système obligeurs-obligés entre patrons et pouvoirs.

Publicités