No future, et après

Posted on 27 octobre 2008

0


Génération. La mienne. La nôtre. Et, hasard,  elle (ceux qui savent l’ont reconnue, les autres s’en foutent) qui partagea ces années-là ne lira pas ce texte avant quelques semaines. Et pour cause. Elle vole en ce moment vers New York. Big apple.

Ce truc où, entre Angleterre brillante et deep sound de desperados, se jouait en même temps que nous passions aux choses sérieuses l’afterpunk, la no-wave. Un mouvement qui repassait la deuxième couche destructrice dans un geste prémonitoire et qui se trouvera des héritiers.

Déjà le temps de mythes comme les Ramones, Blondie, les New York Dolls et j’en passe appartenait à l’Histoire. Suicide, Sonic Youth, Lydia Lunch et les autres poussaient au portillon de la hype underground accessible par la grâce de quelques obscures disquaires de nos provinces sinistrées (moins que maintenant avec leur disparition).

On peut lire ici une synthèse intéressante de l’époque qui  inspira de mauvaises herbes jusqu’aux années 2000.

Et voir le trailer du DVD Kill Your Idols réalisé par Scott Crary, disponible dans toutes les crèmeries exigeantes (donc la votre) :

Publicités
Posted in: Ciné, Musique, Rock, Société