Tout ça… pour ça

Posted on 21 octobre 2008

1


« Dire que j’ai failli gâcher ma vie pour une femme qui n’était pas mon genre », aime à citer le lecteur de Marcel Proust. Mais finalement, pourquoi pas ? Brûler tous ses vaisseaux, tourner le dos à réputation et carrière pour les fièvres d’étreintes autant désespérées que sans avenir, y risquer sa santé et parfois sa vie aux vapeurs de quelques substances un instant antalgiques … ça a de la gueule.

Parce que si c’est pour sauter son assistante entre deux déjeuners d’affaires, là franchement. Et le minimum d’élégance est de prendre garde à ce qu’une passade pulsionnelle n’humilie publiquement l’honneur de celle qui, parce qu’elle se sait choisie, tolère vos inévitables déviances.

Bref, nous revoilà à parler de DSK. Ou plutôt de ce qu’il advient autour de sa nuit magyare. Une presse qui n’a rien dit (lire sur le site de Marianne qui ne mérite pas un lien ici en cette occasion), alors qu’elle savait, se complaît à nous expliquer qu’ici c’est ici et que là-bas c’est l’Amérique des Quakers. Facile d’oublier un peu vite le travail qui na pas été fait en laissant la com’ et le marketing raconter ce qu’ils voulaient, sans les démentir. Facile aussi la théorie du complot de sociaux-libéraux qui voient la main de Moscou et l’oeil de quelques autres derrière une révélation destinée à empêcher le porteur du changement (DSK, oui on croit rêver) de réaliser sa grande oeuvre. Regardons le travail effectué, les positions prises, les méthodes développées et rassurons notre banquier – qui ne s’inquiétait pas d’ailleurs – le FMI n’avait pas échu à un révolutionnaire masqué.

Après la digression, ce que l’on attend tous, la Mata-Hari de Wall-Street, la corruptrice: Piroska Nagy qui, en quelques jours, s’est fait plus qu’un nom sur les tablettes éphémères de l’actu pipole. Disons le tout net : on est loin de l’escort girl incendiaire et plus près de l’obscure fonctionnaire. Les fouineurs remonteront d’ailleurs sur le ouèbe jusqu’à ses clichés d’années d’études et retrouveront le cocu le mari au physique idéal pour la distribution d’un bon vieil Au Théâtre ce soir avec tromperies, claquements de portes, costumes de Roger Harth et décors de Donald Cardwell… Voilà donc un aperçu du blond corps du délit 🙂

[Mise à jour : Ca commence à faire tâche (oups Monica) d’huile. Le Wall Street Journal, qui avait révélé samedi la passade d’un soir (?) du directeur du Fonds monétaire international, indique aujourd’hui que « le FMI enquêterait actuellement pour savoir si son directeur général a joué un rôle dans la nomination d’une jeune femme de 26 ans, Emilie Byhet, à un poste très convoité de stagiaire au sein du département recherche de l’institution ». Cette fois aucun caractère sexuel n’est mis en avant; pour l’instant. La jeune femme avait soutenu Strauss-Kahn dans sa campagne pour l’investiture socialiste et elle aurait ensuite bénéficié des faveurs de l’ex-ministre qui aurait court-circuité les procédures habituelles de recrutement alors même « qu’elle n’avait pas le profil habituellement recherché pour un tel poste », souligne le site du Monde. Ses parents seraient amis du couple Strauss-Kahn Sinclair affirme aussi le quotidien du soir. La question qui se pose est désormais de savoir combien de temps DSK va pouvoir s’accrocher à son siège et à son salaire. Et subsidiairement quel rôle pourra-t-il prétendre jouer en France après avoir fricoté avec le sarkozysme régnant et défendu une ligne dont la pertinence vient de sombrer avec les places boursières ? Il est aussi amusant de constater que l’info américaine aura délié quelques langues hexagonales.]

Publicités
Posted in: Médias, Politique