Mes libertés ne sont pas négociables

Posted on 9 octobre 2008

0


Il faut savoir être clair. D’Edvige en Cristina, d’Hadopi en Ardoise; les acronymes pour révisions typographiques cachent sous des noms fréquentables l’avancée de pratiques plus que douteuses. Et potentiellement ou ouvertement liberticides. La période est chargée d’exemples en ce sens et la volonté d’étrangler les libres expressions, de juridiciser la blogosphère, de concentrer les médias aux mains de quelques uns (comme si leur majoritaire servilité ne suffisait pas) ne s’était pas faite sentir avec autant de force depuis bien longtemps. L’ombre de films comme « Le fils de l’homme » ou « Ennemi d’Etat »  et bien sûr du « 1984 » Orwellien se profile de plus en plus.

C’est à Paris, c’est le 11 octobre, un samedi, et Human Rights 21ainsi que de multiples organisations appellent à manifester pour « défendre droits et libertés menacés par la généralisation de la surveillance et de la censure ». Ca part à 14 heures de République et d’autres initiatives (conférences, projos, débats, zik…) ont lieu tout au long de la journée.

Plus largement, il s’agit d’une action internationale, relayée dans de nombreuses contrées et baptisée « Freedom not fear » : un appel commun a été lancé que l’on peut lire ici (non pas là, en suivant le lien, la ligne jaune 🙂 )

Publicités