Gifle publique pour Sarkozy

Posted on 7 octobre 2008

2


A trop vouloir aider les copains et penser au royalties de sa meuf, le Nabotléon élyséen vient de prendre un tacle européen derrière les oreilles. Je parlais hier de sa lettre à Jose Manuel Barroso, président de la commission européenne, le pressant de rejeter un amendement parlementaire qui ne faisait pas les affaires du projet Hadopi.

Fin de non-recevoir. Et même leçon de fonctionnement des institutions communautaires ont été les réponses à l’urgente missive (en pdf avec le même billet), avec renvoi par la commission des discussions vers le Conseil européen.

Un camouflet donc pour Sarkozy. Même si la partie à venir sera serrée comme l’indique le site ZDNet.fr qui détaille les derniers épisodes de la partie en cours. Une analyse partagée par Macplus.net qui relate le même échec de la tentative de coup de force initiée à la tête de l’Etat français.

[Mise à jour du 8/10 : Quand ça va mal, ça va mal. La commissaire européenne au commerce Viviane Reding accepte l’amendement 138. Elle va même plus loin puisqu’elle s’oppose désormais à la « riposte graduée » française comme l’explique Numerama. Raisons politiques du changement : un prochain renouvellement de son bail à la commission et surtout le vote ultra majoritaire (88%) du parlement européen en faveur du texte initié par Bono et Cohn-Bendit. Difficile de parler de système démocratique européen et d’en faire fi, si l’on veut que les institutions communautaires trouvent un semblant de crédibilité renforcée. Mais il semble aussi que le lobbying empressé et pesant en faveur de la répression ait gavé élus et commissaire,s tout comme les manières de petit adjudant du nain élyséen.

Du coup, Viviane Reding fera craquer les « Rencontres de Dijon » grand-messe de l’industrie cinématographique. Un moyen d’échapper aux pressions. A cette occasion, Numerama rappelle que le maire UMP de Beaune (Alain Suguenot) avait renoncé à l’organisation de cette manifestation pour protester contre les pressions qu’il subissait au moment du fait de son opposition à la loi Dadvsi (précédente mouture au service de l’industrie). Et que c’est le socialiste, proche soutien de Ségolène Royal et partisan d’alliances avec le Modem, François Rebsamen, qui s’aplatit alors pour accueillir les « Rencontres » à Dijon, ville dont il est sénateur-maire. Le goût pour le flicage et la répression n’est pas que d’un côté 🙂 ]

[Mise à jour du 10/10 : Toujours plus  loin, toujours plus bas. Barroso aurait-il reçu son chèque des lobbies du disque et du cinéma ? Le Point révèle en tout cas que le président de la commission fait un pas en arrière sur le désormais fameux amendement 138. Pas un retournement, mais une figure plus ou moins imposée qui révèle au passage que la commission et ses fonctionnaires non-élus ont un mode de fonctionnement pour le moins bordélique. Bref, le libéral portugais, mis en place sous la pression des financiers qui viennent aujourd’hui nous faire les poches pour réparer leur gabegie, s’excuse bien bas auprès du nabot élyséen. Et promet une discussion collective sur la lettre comminatoire envoyé par le mari de la chanteuse.

Pendant ce temps, la France, accrochée à son projet répressif et liberticide ne respectant même pas le principe de la procédure contradictoire (au-delà de son absolue stupidité technique – exemple ici, sans parler des technologies en cours de mise au point), tente le tout pour le tout. Prête à tout flinguer pour nourrir ses amis, la droite la plus bête et corrompue du monde propose « au lieu de retirer l’amendement 138 qui fait polémique, de retirer de la directive « Paquet télécom » toutes les dispositions relatives au droit d’auteur, dont l’amendement 138. » Et on fait donner les troupes d’élites avec Luc Chatel (réputé pour son ridicule sur Dailymotion et son réseau social étendu) , secrétaire d’État chargé de l’Industrie et de la Consommation, en train de rédiger une lettre en ce sens à destination de Viviane Reding.

Si quelqu’un pouvait avertir les fondés de pouvoir serviles que sont Sarko-le-petit et ses sbires qu’après ce sujet de haute priorités relevant des copains et des coquins, il y a une crise boursière sur le feu, une récession avec crise économique en perspective, des défaillances d’entreprises à prévoir, une chute du pouvoir d’achat qui va s’amplifier, sans doute une augmentation du chômage et un mécontentement social qui pourrait les renvoyer un peu brutalement dans leurs foyers. Et s’ils pouvaient se souvenir que nous, contribuables, ne les payons pas pour tenter de sauver une industrie obsolète qui n’a pas su s’adapter et est entre les mains de quelque puissant de leurs amis, avec lesquels ils partagent de somptueuses agapes à nos frais. Sinon, nous devrons le leur rappeler… ]

[MAJ 11/10 : Pataquès quand tu nous tiens. On n’ose imaginer ce qui se passe dans d’autres circonstances. Manip, infos, intox ? Les trois ? Les unes après les autres ?  Hier après-midi, Macplus indiquait que la position de la commission européenne n’avait pas changée, qu’elle ne demanderait pas la suppression de l’amendement 138 et qu’elle s’en tenait à la position affirmée par son porte-parole en chef devant les journalistes résumée ainsi:

« 1) la position de la Commission est sans ambiguïté, « et correspond tout à fait à l’orthodoxie de traitement d’un dossier législatif en co-décision : respect de la Commission pour une prise de position du Parlement acquise avec une large majorité, la Commission attends désormais la prise de position du Conseil, jouant par la suite son rôle habituel de facilitateur entre les deux co-législateurs.« 

2) Mme Reding est en charge du dossier. Point. »

De fait, le site d’interrogeait sur ce qu’avait annoncé Lepoint.fr (MAJ ci-dessus) et se posait la question : »Qui a intérêt à enfumer les médias français ? ». Et de rappeler au passage que  la Quadrature du Net a dénoncé un conflit d’intérêt dans ce dossier, dans la mesure où “l’épouse de M. Sellal (qui est le représentant permanent de la France à l’Union européenne) n’est autre que Sylvie Forbin, vice-présidente en charge des affaires institutionnelles de la société Vivendi”.

Y’aurait comme un souci en effet. Après Olivennes, l’épouse Fourtou… aurait-ont à faire à un opus dei ou à une franc-maçonnerie des intérêts des majors qui irait au-delà du simple lobbying ?

L’agitation des Sarkolandais s’avérerait en tout cas contre-productif au possible (sans compter sur une possible meilleure vision et indépendance de quelques gourvernements) puisque Macplus note que la clique de Nabotléon risque de souffrir lors  du  » Conseil des ministres qui se réunira le 27 novembre prochain: un pointage officieux à Bruxelles donnant à l’heure qu’il est une vingtaine de pays opposés à la position française. »

……C’est tout, pour le moment….]

Publicités