Pour Sarko c’est l’état d’urgence… pour les sous du ménage

Posted on 5 octobre 2008

0


Le Nabotléon élyséen organisait samedi un grand raout pour un résultat guère ragoutant. La conclusion ne devait surprendre personne : face à la crise, les « pauvres » et les classes moyennes vont devoir apporter leur contribution de contribuables pour sauver banquiers et financiers qui se sont vautrés à trop accumuler des dividendes mirifiques. Pour faire passer la pilule on nous chante l’air du « on va les surveiller » et « les fautifs seront punis ». Et chacun en sortant de s’empresser de réaffirmer le credo de la dérèglementation, du libéralisme enchanté, des orthodoxies budgétaires et de l’accident de parcours. Soyons responsables nous chante-t-on, ne disons pas que la Caisse d’Epargne a avalé la trompette dans des opérations douteuses, que plusieurs banques sont au bord du gouffre et que la bulle des financiers, fonds de pensions et autres actionnaires va finir de flinguer une économie réelle qui est entrée dans une récession que l’on cherche à pousser sous le tapis en la couvrant d’innovations sémantiques et de néologismes.

Mais, pour le mari de la chanteuse, son G4 prétentieux (quand les autres n’en ont que deux) aura surtout été l’occasion de défendre un projet urgent: Hadopi et la riposte graduée. Les mesures face à un monde immonde qui s’effondre et surplombe l’abime : on pense d’abord aux rentrées de fin de mois et aux copains.

Jamais peinard. Sarko-le-petit, après le vote d’un amendement européen dit « 138 » initié par Guy Bono et Dany Cohn-Bendit, a dû reprendre ce dossier en main lui-même. Après quelques flottements et âneries durant les jours précédents, marqués par les saillies d’Albanel et d’un Lefebvre guère au courant du fonctionnement communautaire, il y avait urgence. Vendredi soir, à la hâte, l’occupant du Château a adressé un fax au président de la commission européenne, José Barroso afin que l’amendement soit retiré du futur « paquet télécom » européen. Rappelons que le libéral portugais nommé (et non élu) de Bruxelles est un grand défenseur de la libre concurrence et autres dérégulations. Sauf quand cela sert les copains, dirait-on. Pas à un paradoxe près ces gens-là. Le Point nous faisait d’ailleurs le point de ces démarches empressées.

La réunion de samedi portant sur des sujets bien secondaires, le Nain du palais s’était juré d’en toucher un mot à ses visiteurs. Et on mobilise pour un examen rapide au Parlement. C’est l’état d’urgence pour les copains et les coquins. L’occasion d’une petite révision constitutionnelle.

On en arrive à se dire que si le problème perdurait, l’homme aux 53% (faut s’en souvenir) n’hésiterait pas à faire jouer l’article 16 lui conférant « les pleins pouvoirs ». Parce que là, il s’agit des rentrées perso du psychopathe de la montre. Et que même, si ça se trouve, le dernier disque de la Carla se vendrait mal à cause des téléchargements (on ne se marre pas). Bref il faut faire bouillir la marmite familiale et servir la soupe aux copains. C’est pas comme une crise boursière qui peut bien attendre dix jours pour un semblant de réaction.

Puisqu’on est dans la constitution, on n’a pu s’empêcher d’aller jusqu’à l’article 68. Bon c’est un peu des chimères mais celui-ci prévoit les procédures en cas de manquement grave du chef de l’Etat à ses obligations. La confusion de ses intérêts privés et de sa fonction relèverait-elle de ce cas de figure ? Encore faudrait-il trouver les parlementaires courageux pour soulever la problème…

En attendant Gardien de Phare a déjà préparé l’affiche du films qu’ils veulent nous interpréter:

Mais pour redevenir sérieux, le plus amusant est de voir que le roitelet bling bling est loin d’avoir gagné la partie comme nous l’explique David Carzon sur 20minutes.fr…

Un souci n’arrivant jamais seul, voilà t’y pas que soixante artistes (pour l’instant) – et pas des moindres – viennent de s’unir pour défendre leurs droits… contre les maisons de disques. J’en connais qui vont avoir du mal à nous expliquer que c’est pour le bien de la création et des artistes qu’ils veulent verrouiller et fliquer.

Publicités
Posted in: Politique, Société, Web